prothèses mammaires naturelle

Augmentation mammaire à Genève

Les raisons de faire une augmentation mammaire sont variées et très individuelles. Des seins qui semblent particulièrement petits par rapport au reste de la silhouette ne constituent pas une atteinte à la santé. Néanmoins, elles représentent un énorme fardeau psychologique pour de nombreuses femmes. Des sentiments d’infériorité et des problèmes dans leur vie sexuelle peuvent en résulter. Une baisse de la confiance en soi peut également entraîner des difficultés dans la vie professionnelle.

Augmentation des seins (augmentation mammaire)

Avec une augmentation mammaire, une petite poitrine peut être adaptée au reste de la silhouette. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsqu’un équilibre naturel est créé avec le reste du corps. Le désir d’une poitrine particulièrement volumineuse ne peut souvent pas être satisfait pour des raisons médicales (par exemple, des défauts posturaux attendus).

Une autre raison de recourir à l’augmentation mammaire peut être un changement de la forme des seins, par exemple après une grossesse ou une perte de poids importante. En particulier après l’allaitement, les glandes mammaires peuvent s’affaisser et la peau du haut du sein peut s’affaisser (atrophie involutive). Les seins tombants apparaissent alors disproportionnellement vieux et flasques, ce qui est particulièrement stressant pour les patientes, jeunes pour la plupart. L’augmentation mammaire résout généralement le problème de manière satisfaisante. Cependant, si la peau est trop étirée, un resserrement supplémentaire de la peau peut être nécessaire. En principe, l’opération peut être réalisée à tout âge. Toutefois, une condition préalable importante est que la croissance du corps soit terminée et que les seins soient pleinement développés.

Le corps féminin, pour être défini comme agréable dans tous les cas, doit avoir des formes ou des courbes qui sont souvent accentuées par la poitrine et on explique aussi pourquoi l’augmentation mammaire de Côme, conçue comme une opération chirurgicale, est la plus demandée. Il y a toujours beaucoup de discussions quand on parle d’une augmentation mammaire de Genève. Certaines féministes qui étiquettent et déclarent souvent que la médecine esthétique diminue la beauté féminine, n’ont pas raison. Une femme ne doit pas être jugée sur son apparence, mais comme il est proposé aux autres, cependant, si une femme veut subir une opération d’augmentation mammaire Genève, cela ne la rend pas « de niveau ». En fait, elle est si courante qu’elle permet aussi de traiter des problèmes mentaux qui ont souvent tendance à modifier, de façon drastique et même dramatique, la psyché de la femme. Si nous prenons comme exemple une femme d’âge moyen, qui a toujours été belle et qui voit maintenant son corps commencer à vieillir, elle aura sincèrement beaucoup de problèmes pour faire face à l’image réfléchie dans le miroir. Ce n’est pas un problème très rare, c’est même l’un de ces dommages psychologiques que nous subissons tous, surtout lorsque nous commençons à vieillir. Les hommes et les femmes peuvent avoir un problème de non-reconnaissance d’eux-mêmes, ce qui les amène à changer leur caractère, leur estime de soi et il est également possible d’avoir l’apparition de maladies psychologiques telles que l’anorexie, la boulimie ou des états dépressifs, qui sont génératrices et stressantes pour la qualité de vie. Nous voulons souligner par là, en nous concentrant toujours sur ce qui est la véritable « attente » d’une augmentation mammaire à Côme, qu’il ne s’agit pas d’une opération purement esthétique pour être plus belle que vous. Lorsque le désir d’avoir quelques tailles de soutien-gorge supplémentaires se déchaîne, on commence à se canaliser dans un chemin qui mène ensuite à la décision. Il y a beaucoup de femmes, surtout très jeunes, qui dès l’âge de dix-huit ans souhaitent avoir une poitrine plus prospère. Dans ce cas, précisément pour la protection de leur personne, il faut aussi effectuer un probable parcours psychiatrique. En effet, à un âge tel que la fin de l’adolescence, beaucoup de femmes, comme beaucoup d’hommes, ne sont pas en mesure de comprendre exactement quel est leur avenir et comment se proposer aux autres. Cela découle également d’une forte conviction que leur apparence ne respecte pas les canons actuels. En revanche, pour les femmes qui ont dépassé l’âge de trente ans et ont donc déjà établi un lien fort avec leur corps, la situation est beaucoup plus facile. Parfois, pour ces sujets, il suffit de se rendre dans un centre de beauté ou chez un chirurgien plastique qui leur fera comprendre exactement ce que sera l’ensemble de la procédure, le résultat et les problèmes postopératoires éventuels. Lorsqu’une femme est confrontée à une grossesse, le problème d’un accident vasculaire cérébral largement modifié naît, une modification aussi soudaine parce qu’en neuf mois, on ne pouvait pas voir exactement quel aurait été le résultat final et, une fois que l’on a accouché, notre corps n’est plus ce qu’il était… En gros, quand on parle d’une opération pour augmenter la poitrine Côme, il ne faut jamais juger le sujet qui a décidé de subir une telle opération parce que les problèmes qui ont conduit à une telle décision peuvent être très intimes et particulièrement fragiles.

Augmentation mammaire pour les très jeunes femmes, que demander et pourquoi ?

Ce sont les très jeunes femmes qui ont souvent besoin d’une intervention d’augmentation mammaire à Genève, mais 57 % d’entre elles ne se rendent même pas compte pourquoi elles demandent une telle intervention. Il existe de nombreux témoignages contradictoires qui, souvent, ne sont absolument pas utiles et nous font comprendre que ce sont précisément ces expériences négatives qui ont parfois conduit à une prise de conscience et une interprétation différentes de cette intervention. En réalité, les très jeunes femmes, dont l’âge varie entre 18 et 30 ans, n’ont pas encore pleinement compris le lien fort qu’elles doivent avoir avec leur corps. Il s’agit d’une tranche d’âge particulière qui pourrait être encore plus difficile à vivre que celle de l’adolescence. En psychologie, cette tranche d’âge est appelée « âge du rêve ». Le terme est particulièrement délicat et presque romantique, mais en réalité il cache une facette de notre ego que nous ne connaissons pas tous. Quand on devient majeur, on n’a pas encore une expérience solide tant dans le domaine professionnel que social. Les déceptions que nous avons eues à l’adolescence sont à comparer à celles des enfants auxquels on a retiré un jouet et nous avons été particulièrement déçus. Bien qu’à l’adolescence nous puissions vivre des moments très traumatisants, ils sont somatisés puis déclenchés à l’âge du rêve, ce qui signifie que si nous nous sommes sentis particulièrement laids à l’adolescence, si nous avons eu de nombreuses expériences négatives avec notre corps, ils seront somatisés et une solution sera recherchée entre 18 et 30 ans. À cet âge, précisément parce que nous nous sentons adultes, mais que nous n’avons pas cette charge d’expériences décevantes pour pouvoir prendre une décision importante comme l’opération d’augmentation mammaire de Genève en pleine conscience, une fois que nous aurons parlé à un médecin, il se peut qu’on nous demande exactement un cheminement psychiatrique. À cet âge rêveur, les hommes et les femmes ont la conviction d’être uniques au monde. Cela signifie que lorsque nous commençons un travail, nous donnons 110% parce que nous pensons que nous sommes plus importants que les autres. Cette poussée est tout à fait normale, en fait il serait anormal de ne pas avoir cette croyance. Malheureusement, cette croyance est si forte et « passionnée » qu’elle nous fera prendre de mauvaises décisions à temps. Pratiquement pas vraiment un œil critique pour comprendre que subir une opération pourrait être une expérience particulièrement néfaste pour notre psyché et aussi pour notre corps. Pour cette raison, une femme entre 18 et 30 ans, doit comprendre que cette opération, celle de l’augmentation mammaire de Genève, va changer notre corps et aussi notre caractère. Comme dans le monde de la médecine esthétique il y a aussi beaucoup, peut-être trop de canailles, il convient de s’adresser à un professionnel sérieux qui nous fera comprendre quelle est l’intervention que nous allons subir, les conséquences à long terme, c’est une des étapes les plus importantes, le résultat et aussi les éventuels problèmes de récupération de l’opération. Les problèmes à long terme sont ceux sur lesquels nous devons nous concentrer davantage car, à l’âge du rêve, lorsque nous sommes pleins de vitalité et que nous avons des muscles très forts, nous les sous-estimons.

Augmentation mammaire , comment fonctionne notre corps

L’augmentation mammaire de Genève est une opération particulièrement précieuse qui ne nécessite qu’une augmentation de quelques tailles, mais malheureusement très souvent il y a des personnes qui ont besoin d’un quatrième ou même d’un cinquième de leur premier soutien-gorge. Savez-vous qu’il y a des problèmes qui se déclenchent au cours de la vie et que l’on appelle des dommages causés par une augmentation mammaire de Côme à long terme ? Nous essayons de faire un tableau complet sans ennuyer l’utilisateur, aussi parce que quiconque est intéressé par cette opération d’augmentation mammaire de Côme éprouve un problème avec son corps, un problème féminin qui n’est pas compris dans l’environnement masculin et où il est parfois nécessaire de se confronter directement à soi-même. Notre corps est créé pour supporter un certain poids. Les sujets obèses, prenons cet exemple car le plus classique qui montre quels sont les dommages du squelette sur les muscles, ont tendance à développer des problèmes de jambes bivalves, de fortes douleurs dorsales, des problèmes de mouvement des membres supérieurs et aussi une atteinte à la respiration. En fait, même si nous pensons être forts, le squelette a été créé pour soutenir seulement une certaine musculature, alors que la graisse, que nous avons tous tendance à accumuler même avec l’avance du temps, serait une réserve d’énergie lorsque nous ne pouvons pas trouver de nourriture. C’est un lien est une construction de mère nature qui est parfaite et est conçue pour durer dans le temps même si nous allons faire face à des périodes de maigreur, comme cela arrive avec les animaux vivant dans la savane. De nos jours, nous n’avons plus le problème de trouver de la nourriture, malheureusement ce sont des aliments peu caloriques qui sont mis en graisse et c’est un dommage pour notre corps. En général, c’est ce que signifie être humain, c’est-à-dire avoir un poids idéal pour ne pas créer de problèmes plus tard.

Augmentation mammaire, problèmes à long terme

Nous sommes partis du principe du fonctionnement de notre corps pour comprendre que lorsque nous sommes minces ou un peu charnus, nous n’allons pas avoir de problème corporel grave parce que notre corps a le temps de s’adapter à la nouvelle condition et, lorsqu’il y a une augmentation de poids, notre corps envoie des signaux indiquant que quelque chose ne va pas. Lorsque l’on pratique ou que l’on subit une opération d’augmentation mammaire à Genève, toute cette situation change considérablement. En fait, notre corps reçoit immédiatement un changement et une augmentation de poids, sur la poitrine, les épaules et le dos. À long terme, lorsque nous subissons une augmentation mammaire de Genève, nous souffrons également de problèmes de genoux et nous pouvons avoir des problèmes posturaux qui sont dégénératifs. Nombreux sont les témoignages de femmes qui ont subi une augmentation mammaire de Côme, même de quatre ou cinq coupes par rapport à la leur, où elles ont immédiatement eu, dès la première année, des problèmes de douleurs dorsales sévères, de développement cervical, de problèmes respiratoires. Une augmentation mammaire de Genève non contrôlée signifie avoir un poids constant sur la cage thoracique qui comprime les poumons et parfois aussi donne des problèmes au cœur.

La taille idéale des seins, qu’est-ce que c’est ?

Ce jeu, c’est-à-dire ce qu’est la taille idéale des seins, a toujours fait partie du monde féminin. Même les reines célèbres du passé avaient tendance à mesurer leurs seins comme si elles avaient une possible perfection qui était le rêve de chaque femme de chaque homme.il n’y a pas de taille idéale des seins car elle est presque étudiée par notre corps en fonction de notre physique réel. Si nous prenons du poids ici, c’est que la poitrine est également plus prospère.Si nous avons un corps particulièrement sec et très athlétique, alors la poitrine aura une petite taille.

Cependant, lorsque vous faites une augmentation mammaire à Genève, un professionnel sérieux vous donnera le conseil de n’augmenter que quelques tailles. En fait, c’est aussi le conseil que nous pensons devoir vous donner. Avoir une poitrine deux fois plus grosse que celle qu’elle a, c’est naturellement avoir une forme harmonieuse et souffrir moins de problèmes à long terme. Il y a aussi des personnes qui ont toujours voulu avoir une poitrine très prospère et qui n’écoutent pas du tout le médecin qui devra leur faire subir l’augmentation mammaire de Genève. Dans ce cas, comme il s’agit d’une opération esthétique qui est payée directement par la personne qui désire une augmentation mammaire de Genève, le médecin ne pourra pas faire grand-chose.

 

L’augmentation est réalisée avec un implant en gel de silicone.

Généralement, Il existe également d’autres procédures, mais elles ne sont pas encore standard et ne doivent être choisies qu’après mûre réflexion avec votre chirurgien plasticien. En règle générale, vous pouvez vous attendre à une forme de poitrine complète. L’implant n’est généralement pas palpable sous la peau, seuls les bords de l’implant peuvent être ressentis. Les résultats sont permanents et, selon votre disposition personnelle, dureront de nombreuses années – mais pas éternellement. D’une part, le processus naturel de vieillissement et la gravité modifieront à nouveau la forme du sein au fil des ans. D’autre part, les implants sont susceptibles de devoir être changés et donc de nécessiter une nouvelle opération dans les 20 ans.

Types d’implants

Différents types d’implants sont utilisés pour l’augmentation mammaire. Un gel de silicone cohésif (« réticulé ») est généralement inséré dans une enveloppe de silicone à cette fin. Si l’enveloppe de silicone se rompt, le gel ne peut généralement pas s’échapper. Les implants en gel de silicone sont de forme très variable et offrent une consistance particulièrement naturelle. Il existe des implants ronds qui remplissent la totalité du sein, ou des implants en forme de goutte (« anatomiques ») qui imitent la forme naturelle du sein et ont donc tendance à remplir le volume de la partie inférieure du sein. Les implants remplis de solution saline ne sont désormais utilisés pour l’augmentation mammaire que dans des cas exceptionnels.

Quel que soit le type d’implant, la surface de l’enveloppe peut être lisse ou rugueuse (« texturée »). Une différence dans le processus de guérison n’a encore été prouvée par aucune étude. Le taux de fibrose capsulaire semble être plus faible avec les implants texturés.

La consultation avec le spécialiste

Une condition préalable à une opération réussie est une discussion détaillée sur les détails de l’opération et les complications possibles. Profitez de l’occasion pour clarifier toutes les questions importantes. Écrivez ce que vous voulez savoir. Si nécessaire, emmenez un compagnon avec vous. Si vous avez encore des questions après la consultation, prenez un autre rendez-vous ou appelez votre médecin. Il faut prévoir suffisamment de temps de réflexion entre la consultation préliminaire et l’opération.

Avant l’opération, le chirurgien plasticien discutera avec vous d’un formulaire de consentement. Il contient vos données personnelles, une explication du type de traitement et les éventuelles complications évoquées. En signant le formulaire de consentement, vous déclarez que vous acceptez la procédure et que vous avez été informé des risques.

Avant une augmentation mammaire

14 jours avant l’opération, vous ne devez pas prendre d’analgésiques contenant de l’acide acétylsalicylique (par exemple, de l’aspirine). L’effet anticoagulant retarde la coagulation du sang et peut provoquer des hémorragies secondaires. Réduisez au minimum la consommation de nicotine et d’alcool avant l’intervention.

Si vous prenez régulièrement des médicaments ou si vous souffrez d’allergies (par exemple aux médicaments, aux désinfectants ou aux pansements), n’oubliez pas d’en informer le médecin. Veillez également à l’informer de toute maladie connue. Si vous avez tendance à avoir des bleus ou à saigner continuellement après des blessures mineures, le chirurgien plastique doit absolument exclure un trouble de la coagulation avant l’opération. Vous devez également veiller à informer votre chirurgien plastique si vous prévoyez de perdre beaucoup de poids ou si vous êtes enceinte. Dans les deux cas, la forme des seins peut changer de manière difficilement prévisible, ce qui peut affecter le résultat.

Dans certains cas, il peut être utile de passer une mammographie et une échographie avant l’intervention chirurgicale pour détecter toute modification des tissus avant l’intervention. Votre chirurgien plasticien en discutera avec vous. Si l’intervention est réalisée en ambulatoire, nous recommandons également qu’un membre de votre famille s’occupe de vous au moins pendant la première nuit suivant l’intervention.

L’intervention est généralement réalisée dans le cadre d’une hospitalisation et sous anesthésie générale. Sous anesthésie, l’opération est sans stress et sans problème pour le patient, et le chirurgien plastique peut faire le travail fin nécessaire en toute tranquillité. Une augmentation mammaire sous anesthésie locale est également possible après consultation. Il est préférable de discuter avec votre chirurgien plastique des examens préliminaires nécessaires à cet effet et du moment où ils seront effectués. Vous aurez également l’occasion de discuter de l’anesthésie avec l’anesthésiste. En fonction de l’intervention, vous pouvez généralement vous attendre à rester à l’hôpital pendant un à trois jours.

L’opération

Une incision d’environ cinq centimètres est pratiquée dans le pli cutané sous le sein, dans la zone du mamelon ou dans l’aisselle. Par cette ouverture, le chirurgien plastique crée un espace creux dont la position et la taille sont déterminantes pour le résultat de l’opération.

Il existe deux possibilités de positionnement de l’implant :

  • directement derrière la glande mammaire (« subglandulaire ») ou
  • derrière le muscle mammaire (« sous-musculaire »).

Le placement derrière le muscle est particulièrement utile si le tissu mammaire est peu abondant et réduit la palpabilité de l’implant dans la zone supérieure. La position subglandulaire de l’implant, quant à elle, correspond également au sein naturel, mais dans certains cas, le coussin peut être palpable sous la peau.

La plaie est fermée par des sutures très fines sous la peau. En outre, des drains sont généralement placés pour évacuer l’eau de la plaie. Pendant que vous êtes encore sur la table d’opération, on vous donnera un bandage ou un soutien-gorge de compression. L’opération dure généralement une à deux heures.

La mammoplastie est une intervention de chirurgie plastique qui impose certaines restrictions à chaque femme après l’opération. L’une d’entre elles est l’interdiction de l’activité physique. Les activités sportives relèvent également de cette restriction.

Pourquoi ne puis-je pas faire de sport après une augmentation mammaire ?

L’exercice physique après une mammoplastie est interdit pour une raison simple : la possibilité de saignement et de traumatisme du sein à des charges élevées. L’exercice physique que les patients font dans les premiers temps après une chirurgie plastique sur la poitrine, peut conduire à la divergence des sutures postopératoires et à la formation de grandes ecchymoses. Selon les statistiques, la plupart des complications après une mammoplastie d’augmentation surviennent parce que les femmes ne respectent pas la période de repos recommandée par leur chirurgien plastique pendant la rééducation.

C’est l’une des questions les plus courantes que toute femme pose lors d’une consultation avant de subir une opération d’augmentation ou de réduction mammaire avec un chirurgien plasticien. Tout médecin dira au patient qu’après une opération majeure, le corps a besoin de temps pour se rétablir. La pratique montre que les muscles pectoraux reviennent à la normale dans les 3 à 6 mois qui suivent l’augmentation mammaire. Au cours de la même période, le gonflement des tissus diminue et les cicatrices guérissent complètement. Les glandes mammaires prennent une nouvelle et belle forme. Seule la limitation de l’activité physique et de l’exercice physique permet de minimiser les risques postopératoires de déplacement de l’implant en silicone. Par conséquent, pendant la période de réhabilitation après une mammoplastie d’augmentation ou de réduction, elle est strictement interdite :

  • Soulever des poids lourds ;
  • courir, nager ;
  • Exercices de musculation ;
  • des pompes, des haltères et des haltères ;
  • la danse.

3 mois après l’augmentation mammaire, le chirurgien plastique peut vous autoriser à faire de l’athlétisme et du jogging. Il est très important de ménager la ceinture scapulaire. Une activité physique plus sérieuse n’est possible qu’après 6 mois après l’opération.

Cette durée est déterminée par un chirurgien plasticien après examen des seins, car le moment est strictement individuel pour chaque patiente. Le délai d’achèvement de la rééducation après une augmentation, une réduction ou un lifting mammaire dépend de nombreux facteurs, notamment La taille et la forme de l’implant en silicone utilisé par le chirurgien plastique pendant l’opération ; Le type de chirurgie plastique et la façon dont l’implant a été placé ;

Que puis-je faire après une chirurgie mammaire ?

Le sport après une mammoplastie sous les seins est essentiel pour la récupération de l’organisme, mais seulement si vous reprenez une activité physique progressivement et avec modération. Dans les 3 premières semaines après une augmentation, une réduction ou un lifting mammaire, lorsque la fixation de l’implant, la cicatrisation des sutures, la patiente n’est autorisée qu’à de courtes promenades. Il est strictement interdit de soulever des poids, même légers. De la 4e à la 6e semaine après la mammoplastie, la patiente doit lever les bras vers le haut, développant ainsi la ceinture scapulaire. Un simple exercice de « jolly man » doit être réalisé à cet effet. Quatre semaines après la mammoplastie d’augmentation, la patiente peut commencer à nager de courtes distances. On peut également soulever de petits haltères dont le poids ne dépasse pas 2 kg.

3 mois après l’opération d’augmentation mammaire, il est permis de faire des exercices de presse, des étirements et de lever les bras au-dessus des épaules. Les étirements des seins, les pompes, les pressions sur la poitrine ne peuvent être effectués que 6 mois après la mammoplastie. Portez un vêtement de compression pendant les 4 premières semaines et un soutien-gorge de sport par la suite. Suivez scrupuleusement les recommandations du chirurgien plasticien, ce n’est qu’à cette condition que vos nouveaux seins seront agréables à la beauté de leur forme et de leur taille.